Pour obtenir une récolte abondante de grosses carottes tendres, juteuses et sucrées, trois tétées cruciales sont essentielles. Malgré une préparation minutieuse du lit, un arrosage et un entretien opportun, la croissance et la saveur optimales des carottes ne sont pas garanties sans une fertilisation adéquate.

La première considération clé est d’éviter d’utiliser une approche unique en matière de fertilisation pour toutes les cultures maraîchères. Les carottes, en particulier, ont des préférences spécifiques, car elles sont indifférentes à la matière organique. En effet, une utilisation excessive d’engrais organiques comme la molène, l’humus ou le fumier frais peut conduire à des résultats indésirables, comme une diminution de la saveur et le développement de tubercules de forme irrégulière ou « poilus ».

  1. Enrichissement en potassium : De juin à juillet, les carottes bénéficient considérablement d’une supplémentation en potassium. La cendre de bois est une source naturelle et rentable de potassium. Les méthodes d’application comprennent l’épandage directement sur les plates-bandes, puis l’irrigation ou la préparation d’une infusion de cendres pour l’irrigation. Alternativement, si les cendres ne sont pas disponibles, un engrais au sulfate de potassium peut être utilisé à raison d’une cuillère à soupe rase par seau d’eau.
  2. Augmentation du phosphore : Deux à trois semaines après une supplémentation en potassium, il est crucial d’apporter aux carottes du phosphore, un élément essentiel pour améliorer la douceur, la jutosité et la densité, ainsi que pour faciliter le stockage à long terme. L’engrais superphosphaté est une option appropriée, dilué selon les instructions et appliqué sur les plates-bandes de carottes, particulièrement bénéfique au milieu de l’été lorsque les températures sont élevées.
  3. Alimentation en bore : Les carottes ont une affinité particulière pour le bore, ce qui contribue à leur santé et à leur saveur globales. La poudre d’acide borique, disponible en pharmacie, est une source efficace de bore. Un petit sachet d’acide borique en poudre dissous dans un seau d’eau constitue une solution adaptée pour une application foliaire. Il faut veiller à ne pas dépasser la dose recommandée pour éviter les brûlures et déformations des feuilles. La solution de bore doit être pulvérisée uniquement par temps nuageux ou la nuit afin de minimiser les effets indésirables potentiels.

En suivant ces pratiques alimentaires simples, les jardiniers peuvent garantir une récolte abondante de carottes sucrées et savoureuses sans plus de mystères ni de complexités.